jeudi 19 novembre 2015

Sortir du cocon

Je n'ai jamais occupé un emploi bien longtemps.

En fait, ce n'est pas tout à fait vrai. Au début de mon cégep, je suis devenue caissière chez IGA et j'y suis restée pendant quatre ans et demi. Mais dans ma tête, c'est tellement loin que j'ai l'impression que je ne m'en rappelle plus. Je me souviens que j'étais épuisée quand je terminais mes journées de travail et que je voulais juste retourner chez moi pour me rouler en boule dans mon lit. J'ai quitté l'épicerie pour un emploi moins demandant physiquement, mais après trois mois seulement, mon médecin de l'époque m'a mise en arrêt de travail. Je n'étais pas encore greffée à ce moment, même que dans mon esprit, j'en étais encore très loin. 

Je n'ai recommencé à travailler qu'une fois greffée. Des emplois d'été, dans un bureau. Ensuite, il y a eu mon stage pour terminer mon bacc en travail social qui a duré huit mois. C'est techniquement mon dernier "emploi" que j'ai tenu le plus longtemps. 

Où j'essaie d'en venir est que je ne suis pas habituée de travailler sur du long terme. J'ai toujours fait des trucs temporaires, pour ramasser un peu d'argent, pour me désennuyer, pour les études. Mon corps et mon esprit ne sont pas habitués au long terme. Oui, ils l'ont déjà été, mais ils ont oublié, on dirait. 

J'ai passé plus d'un an à me chercher du travail après la fin de mes études, en espérant trouver quelque chose de stable et qui me sortirait de chez moi. Maintenant que j'ai trouvé, j'en viens à me demander si je vais être capable de rester là pour "le reste de ma vie". Comme toutes ces personnes normales qui occupent un poste pendant des années, voire pendant toute leur carrière. Ma propre carrière ne durera probablement pas 25 ans, mais j'espère bien pouvoir travailler encore plusieurs années. Mais au même endroit? Pas certaine.

Oh, ce n'est pas que je n'aime pas ce que je fais en ce moment. Ça me garde bien occupée, je rencontre des gens, ça me stimule bien intellectuellement et ça me garde aussi un peu dans ma zone de confort, dans ce que je sais que je maîtrise. Mais si je me tannais? Si j'avais envie de changement dans un an, quand mon contrat sera terminé? Je suis une éternelle insatisfaite, alors pourquoi serais-je capable de me contenter de mon poste actuel pour les années à venir? En recherche d'emploi, je visais le long terme parce que je n'en pouvais plus de chercher (et de me faire constamment demander par mon entourage si j'avais trouvé quelque chose...). Je voulais me caser, comme tout le monde. Je suis casée, maintenant. 

Et maintenant, justement? Qu'est-ce que je fais? Je refais la même chose à l'infini jusqu'à ma mort? C'est déprimant de constater que c'est ça, la vraie vie de tous les humains. L'éternelle routine du métro-boulot-dodo. C'est bien d'avoir une routine dans son quotidien, pour savoir où on s'en va, pour se rassurer que tout roule, que notre petit monde n'aura pas bouger lorsqu'on reviendra à la maison le soir après notre journée de travail. Qu'on va manger notre souper en compagnie de notre amoureux, qu'on va faire la vaisselle et qu'ensuite, on va se caler confortablement dans le divan pour regarder les émissions de soirée à la télé. La routine du quotidien à deux ne me dérange pas. Mais celle du travail, qui se répète et se répète... Pas certaine d'avoir assimilé ce concept, encore. 

Je pensais que j'avais terminé la phase "je tombe en bas de mes attentes trop élevées face à la nouvelle vie que m'offre la greffe". Vous savez, celle qui procure une euphorie incroyable d'une nouvelle vie qui va t'émerveiller chaque jour pour le restant de ta vie et que des problèmes, des soucis, des creux de vague, il n'y en aura pas. Je me voyais surfer sur la vague, heureuse et comblée de simplement être en vie et que tout allait me contenter, petit boulot répétitif et compagnie. Mais je me rends bien compte que de revenir dans la réalité, même après six ans avec mes nouveaux poumons, ça fait encore mal. Et ça me déprime encore. On dirait que je ne suis pas encore totalement sortie du cocon dans lequel la maladie m'avait enveloppé, imperméable aux désagréments du quotidien "normal" de cette planète.

Il serait plus que temps que j'en sorte, je pense.

6 commentaires:

  1. Je n'avais jamais réfléchi au fait que, pour les greffés ou les personnes qui ont passé près de la mort, la vie "ordinaire" puisse s'avérer beaucoup moins intéressante et passionnante que ce à quoi ils s'attendaient. Après avoir attendu si longtemps de pouvoir vivre pleinement, je peux facilement imaginer la déception que tu dois ressentir quand tu constates que vivre "pleinement", ça peut aussi être plate.

    Je comprends aussi très bien ton sentiment de lassitude face à une routine trop prévisible et routinière. Je suis pareille comme toi : j'ai besoin de changement et de nouveaux défis constamment pour ne pas m'emmerder dans ma vie.

    J'espère que ton coup de blues passera rapidement et je pense à toi!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. On dirait que j'aurais voulu devenir une grande "aventurière" après ma greffe, que j'allais accomplir pleins de choses, puisque je n'avais rien fait d'exceptionnel avant. Mais avoir de nouveaux poumons a seulement changé ma façon de respirer, pas ma façon d'être. La vie reste la même, finalement.

      Effacer
  2. hehe oui metro-boulot-dodo peut etre ennuyant. peut-etre pourras tu commencer a chercher un autre boulot 2-3 mois avant la fin de ton contrat. puis tu verras apres si tu resignes ou pas

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Le pire, c'est que je sais d'avance que je vais resigner. Reprendre de nouvelles habitudes ne me tente pas trop... Ça, ça n'a pas changé.

      Effacer
  3. Greffée ou pas, je crois qu'on se pose tous les mêmes questions au bout du compte. Tu as juste eu l'occasion de retarder ces questions le plus tard possible...

    La routine, c'est à la fois confortable et tuant... Je me pose souvent les mêmes questions. Et plusieurs autres...

    On pourrait en discuter longtemps.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Trop de questions, si peu de réponses...

      Effacer

Un petit commentaire, c'est agréable! Un petit commentaire, c'est bon!